You are here

OCRWC 2017  

frederic ayotte's picture

Faites votre travail! On pourrait traduire ainsi le célèbre "conduct your business " de coach pain. Si vous étiez présent aux OCRWC 2017, c’est sur cette commande que vous avez traversé la ligne de départ à Blue Mountains. En fait, 4 chances s’offraient aux athlètes d’entendre le discours de motivation de cet orateur devenue célèbre grâce à la défunte série "Battlefrog" durant ce long week-end du 13 au 15 octobre 2017. Il y avait le parcours rapide de 3 km du vendredi, l’épreuve reine du 15 km, la course à relais et finalement la course Make-a-wish.

Le 3 km bien qu’il puisse sembler seulement être une mise en bouche pour vous ouvrir l’appétit d’adrénaline et d’obstacles avait de quoi rassasier les estomacs les plus profonds. Des obstacles physiques allant chercher toute votre force de préhension, et ce dès le début la course avec les "monkeys bars" suivi d’un double transport de sacs de sable, la gaffe du draveur, le wreck bag, le platinum rig, l'ascension de la corde, le rig vert, la vallée de tête de mort, le skyline, les murs flottants et finalement un mur incliné. Avec autant de sollicitation musculaire en si peu de temps, nul doute que les gagnants seraient des athlètes complets.

Au dernier tiers du parcours Jon Albon, Ryan Atkins et Hunter McIntyre offraient tout un spectacle grâce à une chaude lutte jusqu’au Platinum rig où Albon commença à créer l’écart. Ensuite les concurrents disparaissaient dans la montagne pour passer aussi l’obstacle de la montée de la corde. Albon revint toujours en tête suivie d’Atkins et Hunter. Hunter et Atkins nez à nez dans le rig vert (ancien rig de Battlefrog) lorsque coup de théâtre Hunter perd sa poigne sur le bâton d’acier suspendu dû à la pluie et touche le sol. Incrédule, il retourne aussitôt dans le corridor pour réessayer...et chute encore de la même façon, le bâton d’acier lui glissait des mains tel un savon. C’est à ce moment que Jesse Bruce passe devant provoquant l’abandon de McIntyre.

Les partisans canadiens sont alors en plein délire, Jesse attaque la vallée des têtes de mort. Avec toute sa vigueur, il traverse plus de la moitié et lorsqu’il doit reprendre une tête (après la section de monkey bar flottant), Jesse chute. Surprise générale, il peine à croire ce qui lui est arrivé et recommence aussitôt, cette fois il chute encore plus tôt...c’est l'hécatombe. Troisième essaie et Jesse n’arrive toujours pas à traverser… Tout le monde encourage leur compatriote et c’est à ce moment que Vincent Larochelle arrive avec toute sa fougue et écrase littéralement l’obstacle.

Au fil d'arrivée, les Canadiens vivent un court moment de gloire convaincu que les 2e et 3e places seront comblées par les leurs. Les résultats finaux compilés Vincent n’aura peut-être pas le pied sur le podium, mais nous aura donné tout un spectacle.

Chez les femmes Nicole Mericle a pris le titre de championne du monde avec une finale à la Albon suivi de Lyndsay Webster et pour la 3e place, la favorite Zuzana s’est fait couper l’herbe sous pied avec une finale enlevante lorsque Karin Karlsson l'a surprise en prenant le sommet du mur incliné avec une légère avance rendant le sprint du dernier 100m impossible à gagner.

On peut dire que cette "petite course" mettait la table pour toute une fin de semaine chargée de rebondissements.

Samedi matin 8h30, la pluie de la nuit a trempé le sol argileux de Blue Mountains. Contrairement à ce qu’on est habitué à voir sur les parcours du Bouclier Canadien, ce plateau de la baie georgienne est couvert d’argile. Le parcours du 15 km semblait inspiré des Spartan Race avec d’innombrables montées et descente directement dans les pistes de ski, contrastant avec le parcours sinueux utilisant les pistes de vélo de montagne du championnat 2016.

Après avoir couru le premier tiers du parcours les concurrents réapparaissaient près de l’aire du festival au "monkey bar". Encore ici, Albon jouit d’une longueur d’avance appréciable suivie d'Atkins, Woods et McIntyre. Ces deux derniers ne se laissent aucune chance de créer de l’espace. Les 4 protagonistes traversent sans difficulté et arrivent à la rampe de Mud Hero. Albon légèrement en tête continue de creuser l’écart. Hunter remonte Woods à chaque pas. Vient ensuite la gaffe du draveur de Northman Race qui cette fois ne ralentit pas les coureurs autant que la veille.

Les coureurs remontent alors jusqu’au sommet où les y attendent "stairway To heaven" (qui est loin d’être un escalier vers le paradis si on se fie aux nombreux bracelets saisis durant la fin de semaine). Le parcours donne alors un léger répit avec le mur de traverse et des barbelés en ascension. Il ne fallait toutefois pas penser qu’Adrian et son équipe allaient vous laisser la tâche facile, car au sommet trônait l’urban sky, obstacle rendu célèbre l’an dernier puisqu’il rendait difficile l’approche du fil d’arrivée en fin de course.

Une fois le sommet atteint une légère pause pour le haut du corps avec un mini-rig de corde, le dragon’s back et des obstacles d’agilité. Les descentes rapide et sinueuse avantagent les coureurs et les amènent à la montée de corde et au rig de Battlefrog. Albon le traverse pour la 2e fois de la fin de semaine sans difficulté. La pluie a désormais détrempé le terrain rendant plus difficile l’ascension du wreck bag.

Alors que leur cardio est au maximum après un 400m de distance la rig de platinum attend Albon qui doit refaire cette série d’obstacles sollicitant surtout les avant-bras soit la vallée de la tête de mort, le skyline et les murs flottants. Albon traverse encore une fois le fil d’arrivée le premier avec une énorme avance. Atkins termine 2e suivi de Ryan Woods.

Chez les femmes Lyndsay Webster qui peinait à suivre Nicole Mericle se voit récompensé par son acharnement quand Mericle perd sa prise et s’effondre au sol à la vallée des têtes de mort. Webster exécute alors une finale parfaite et remporte la Victoire. Une bataille épique chez les femmes.

Pour célébrer ce 2e jour de compétitions, l’organisation récompensa les participants d’un très beau feu d’artifice malgré la pluie. Une ambiance de fête régnait dans le petit village au pied de la montagne.

3e et dernier jour, les vents violents ont détruit plus de la moitié de l’aire de festival et la pluie a rendu la piste aussi glissante que du savon. Pour la course à relais, impossible de parcourir la portion endurance sans perdre pied. Malheureusement des erreurs de marquage ont séparé les concurrents qui n’ont pas réussi à suivre le peloton de tête. Les monkeys bars enduits d’argile devinrent soudainement difficiles, la rampe de Mud Hero qui lors des deux dernières courses ralentissait à peine les concurrents, devient un défi.

Une fois le relais transmis les coéquipiers faisaient alors le choix bien malgré eux de glisser vers le pied des pentes risquant de se blesser ou bien longeaient la limite du parcours espérant ne pas perdre pied lors du transport des sacs de sable.

Le relais devait alors se transférer à l’expert en obstacles (ou agilités) qui franchissait la gaffe du draveur pour retourner le relais au spécialiste de la force qui entamait l’ascension du wreck bag. Cette portion donna tout un spectacle à la foule puisque plusieurs concurrents ont plutôt utilisé le sac comme moyen de locomotion en s’y asseyant pour redescendre la pente.

Le relais revenait alors au spécialiste des obstacles qui devait alors réussir l’impossible en traversant à tour de rôle: le rig de platinum, le rig de battlefrog, la vallée des têtes de mort, le skyline et enfin les murs flottants.

Exténué le coureur retrouvait alors ses coéquipiers et ces derniers escaladaient le mur en équipe tout comme l’an dernier. Cette fois cependant des trous et des cordes permettaient une ascension beaucoup plus simple comparativement à l’an dernier où l’ascension était un défi insurmontable pour plusieurs équipes.

Le chronomètre s’arrêtant une fois les 3 membres de l'équipe traversés le fil d’arrivée, les différentes arrivées des équipes donnèrent à la foule des scènes touchantes remplies d’émotion.

Suite à la course à relais, OCRWC offrait une dernière course bien spéciale pour clôturer le weekend. La course Make a Wish en l’honneur de la fondation du même nom. Les profits amassés lors de cette dernière course seront remis à Make a Wish Canada qui réalise les rêves d’enfant gravement malade afin de leur apporter un peu de joie ainsi qu'à leur famille. Une grande cause que pouvaient encourager tous les participants. Une édition spéciale: CEO challenge, permettait au propriétaire et dirigeant de compagnie d’y prendre part en ayant une implication financière plus importante. Le parcours était le même que celui de la course en équipe. Par contre, personne ne se prend au sérieux. Les coureurs marchent pour la plupart, jouent dans les trous de boue et profitent une dernière fois des obstacles. L’heure n’est plus à la compétition, mais au plaisir. Des pluies torrentielles ont balayé le parcours pendant que des centaines de coureurs affrontaient la montagne transformant celle-ci en une immense chute. En effet, les montées et descentes boueuses se sont transformées en chutes et en rivière dans lesquelles la prudence était de mise. Les obstacles mouillés, le vent parfois assez fort, et la forte pluie n’ont pas freiné les guerriers qui se battaient contre les éléments au nom des enfants. L’entraide et la camaraderie observée durant cette dernière épreuve témoignent à quel point les membres de cette communauté sont extraordinaires!

Quelle belle façon de terminer une si belle fin de semaine de course marquant la fin de la saison 2017 des courses à obstacles pour plusieurs. Des parcours enlevants (mais à part l'utilisation légèrement trop fréquente des pistes de ski), des obstacles difficiles et exténuants comme on les aime et une belle finale chargée permettant l'accomplissement total.