You are here

Goliathon: C'est une mission  

Eric Sirois's picture

Le weekend dernier se tenait une course à obstacles unique au sud du New Jersey dans un petit village nommé Mullica Hill.Comme vous pourrez le constater dans cette revue, Goliathon est loin d’être un évènement de course typique tel qu’on les connait. Comme le slogan de la course mentionne, ce n’est pas une course, c’est une mission. Première grande différence par rapport aux évènements traditionnels, le temps ne compte pas. Le classement est fait selon un système de points accordés après avoir complété un obstacle. Donc vous pouvez littéralement marcher la distance complète et conserver votre énergie afin de franchir les obstacles.

Le circuit est d’une longueur de quatre miles sur un terrain plutôt plat, mais qui inclue tout de même quelques vallons ici et là. Les sentiers de courses sont magnifiques, sous le couvert des arbres pour la grande majorité ainsi que certaines sections plus ouvertes au caprice de mère nature. D’ailleurs les prévisions météorologiques s’annonçaient être passablement difficile pour la région, mais le site de course fut plutôt plongé sous un soleil et une température vraiment chaude qui frôlait les 38 degrés avec l’humidex.

Deux éléments rendent la course bien unique : les obstacles et le système de classement. Goliathon est une course qui vise à rejoindre tout le monde. Les habitués de courses à obstacles y trouveront leurs comptes et les nouveaux pourront s’amuser en obtenant de l’aide. Chacun des douze obstacles du parcours comprend trois niveaux de difficulté. Le niveau G1 est le plus facile des trois et est destiné aux débutants, aux enfants ou n’importe qui n’étant pas certain de pouvoir compléter un niveau de difficulté supérieur.  Ce qui est fantastique avec le G1, c’est que l’entraide est permise. Comme les enfants sont acceptés sur le parcours à partir de l’âge de 10 ans, on y voit beaucoup de parents aidant leur enfant à traverser ce niveau de difficulté. L’option G2 est tout de même un peu plus difficile et propose un beau défi aux habitués des obstacles. Certain sont plus difficile que d’autre, mais une personne ayant une bonne forme physique et un peu de technique sera en mesure de complété plusieurs obstacles avec ce niveau de difficulté. Le niveau G3 est conçu pour donner un défi aux athlètes élites de ce monde. D’ailleurs, seulement 15 personnes ont réussi à franchir les 12 obstacles en mode G3 depuis la création de la course dont 13 d’entre eux étant des participants de la populaire émission American Ninja Warrior. En fait, les obstacles semblent vraiment être inspirés de ce que l’on voit à la télévision.  Un élément qui vient mêler les cartes pour la plupart des obstacles est la plateforme d’atterrissage. Mise à part un ou deux obstacles, tous ont une plateforme d’environ deux pieds carrés sur laquelle vous devez atterrir en finissant l’obstacle. Si vous avez la malchance de toucher par terre avant de toucher la plateforme, votre performance est considérée comme un échec! Un autre aspect unique de cette course est la façon dont on détermine le rang des participants ayant le même score pour ceux ayant complété 10 G3 et plus. À la fin de votre course, on vous fait grimper une corde de pas moins de 50 pieds (sécurisé par un harnais). Le temps plus rapide détermine le classement final.

Ce n’est pas le genre d’évènement où on vous envoie dans la boue, dans l’électricité, où on vous demande de courir le plus rapidement possible. On ne vous demande pas de gravir l’Everest, mais simplement de profiter du parcours et de faire un choix quant au niveau de difficulté que vous souhaitez affronter. Ce choix peut faire toute la différence dans votre classement final. La réussite d’un obstacle G3 vous donne 5 points, G2 3 points et 1 point pour le G1. Une nouvelle technologie développer par l’entreprise permet de calculer les points en temps réel et ainsi permettre aux spectateurs ayant l’application de suivre les participants en direct afin de savoir où ils sont sur le parcours ainsi que les résultats de chacun des obstacles. L’évènement s’est selon moi déroulé sans aucun problème majeur. L’inscription était fluide, le balisage était parfait, les obstacles étaient solidement construits, les juges étaient constants dans leurs décisions, l’ambiance était parfaite. À leurs arrivées, les participants se voyaient remettre une médaille, un chandail, une bouteille d’eau ainsi qu’une panoplie d’autre chose fournie par les commanditaires.

L’élément le plus important à mentionner est que toute l’organisation derrière cette course est entièrement composer de bénévoles. Personne n’est payé et tous les profits vont à un organisme afin de fournir de l’eau potable dans ses endroits du monde qui n’ont pas la chance d’avoir l’eau potable qui sort directement du robinet. Aussi incroyable que ça puisse l’être, iI y a encore des endroits où les gens doivent marcher cinq miles pour aller chercher de l’eau potable. Par l’entremise de Goliathon, cette équipe contribue à ce que l’eau soit plus accessible pour ces peuples qui en ont besoin. Il n’y a donc aucune raison pour laquelle vous ne devriez pas participer à cette course. Tous les irritants possibles n’y sont pas présents et il ne vous reste qu’à profiter de la journée. Goliathon tient normalement deux évènements par année, au printemps et en automne et organise pour la première fois une course de 8h la semaine suivant les championnats du monde de course à obstacles. N’hésitez surtout pas et allez affronter Goliathon…peut-être deviendrez-vous un David!